• Ajouter à mon bloc-notes
  • Imprimer

Les collections du Musée barrois

L’esprit encyclopédique du XIXe siècle perdure aujourd’hui à travers les quelque 25 000 objets conservés. Les visiteurs sont d’ailleurs souvent surpris par la diversité des collections présentées au Musée barrois.

Des collections riches et variées

Les collections du XIXe siècle (© G. Ramon / grpress.com)

Au fil des salles, le visiteur découvre des peintures et des sculptures du Moyen Âge au XXe siècle, des spécimens d’histoire naturelle, des objets d’arts décoratifs, des armes et des armures, des objets archéologiques provenant de l’antique Nasium (actuels Naix-aux-Forges et Saint-Amand-sur-Ornain) et une section ethnographique.

Des artistes locaux

François Nicolas, Orphée et Eurydice, huile sur toile, 1654 (© Musée barrois / M. Petit)

Le circuit de visite fait la part belle aux productions artistiques et aux personnalités locales : sculptures de Ligier Richier et de son entourage, faïences des Islettes, sculpture d’Ipoustéguy, portraits des ducs, objets en lien avec le Maréchal Oudinot, etc.

Une des dernières acquisitions du musée contribue d’ailleurs à mettre en valeur ces artistes du territoire : il s’agit du tableau Orphée et Eurydice de François Nicolas (1632-1695), qui signa durant toute sa carrière « Nicolas de Bar » pour rappeler son origine barisienne. Cette acquisition a été rendue possible grâce à une souscription publique, preuve de l’attachement des habitants au patrimoine local.

Objets des autres continents : une présentation unique en Lorraine

Salle d’ethnographie (© Musée barrois)

Datant pour la plupart du XIXe siècle, les objets extra-européens ont été ramenés par des érudits locaux soucieux de montrer à leurs contemporains les modes de vie des sociétés non occidentales. Ils illustrent ainsi la vie quotidienne, l’art de la guerre, les rites et religions de l’Afrique, l’Océanie, l’Extrême-Orient et du Maghreb.

C’est ici que se cache le véritable trésor du musée : un zémi taïno du XIIe siècle. Cette sculpture en bois est l’un des rares vestiges de ce peuple des Antilles dont le déclin commença une trentaine d’années après sa découverte par Christophe Colomb. Utilisés pendant les cérémonies religieuses, les zémis constituaient les objets les plus importants des Taïnos : aujourd’hui, cinq sont recensés dans le monde.

Le dépôt d’une vingtaine d’objets par un collectionneur nancéien a récemment enrichi la section africaine (masques, sièges…).

 

Dernières acquisitions

« Parce qu’un musée qui ne s’enrichit pas est un musée qui meurt… »
Pierre Rosenberg, directeur du musée du Louvre de 1994 à 2001.

Acquisition 2017

Jean-Baptiste Debay (1802-1862), Modèle réduit du monument au Maréchal Oudinot, bronze et marbre blanc, vers 1850, inv. 2017.1.1.
Achat réalisé avec le concours de la Ville de Bar-le-Duc et la participation du Fonds Régional d'Acquisition des Musées (FRAM).

Acquisitions 2015

Lot de sept plaques de verre montrant des vues de Bar-le-Duc, gélatino-bromure d’argent sur plaque de verre, vers 1900, inv. 2015.1.1 à 7, don

  • La place de la Gare et son monument aux morts, avec vue sur la Côte Sainte-Catherine enneigée
  • La place et la porte de la Couronne
  • La place Reggio avec aperçu du café du Centre
  • La place Reggio avec aperçu de l’épicerie de la Place
  • La rue Jean-Jacques-Rousseau avant son élargissement
  • La rue Entre-Deux-Ponts et la rue Jean-Jacques-Rousseau
  • Devant la gare : l'automobile La Lorraine de Feuillette & Schmid, construite à Bar-le-Duc
La place de la Gare et son monument aux morts, avec vue sur la Côte Sainte-Catherine enneigée (© Musée barrois)

Paire de couverts en argent réalisée par Léonard-François Paquis, orfèvre à Saint-Mihiel, XVIIIe siècle, inv. 2015.2.1 et 2, achat

Léonard-François Paquis, paire de couverts, argent, XVIIIe siècle (© Musée barrois)

Charles-Laurent Maréchal, dit Maréchal de Metz, Saint Jean, fusain sur papier, avant 1887, inv. 2015.1.8, don

Charles-Laurent Maréchal, dit Maréchal de Metz, Saint Jean, fusain sur papier, avant 1887 (© Musée barrois)

Jean Dries, Le Déjeuner en forêt, huile sur toile, 1928, inv. 2015.3.8, don de la famille de l’artiste

Jean Dries, ensemble de sept dessin préparatoires pour Le Déjeuner en forêt, fusain, 1928, inv. 2015.3.1 à 7, don de la famille de l’artiste

Jean Dries, Le Déjeuner en forêt, huile sur toile, 1928 (© Musée barrois)

Esplanade du Château
55000 Bar-le-Duc

03 29 76 14 67

Contacter par mail